Pour revenir à l'accueil
Ne proférez plus des noms d'oiseaux au hasard
Faudrait voir à pas confondre les oiseaux
Elucubrations ornithologiques variées
Pour trouver ce que vous cherchez sur La Plume
Moi en long et en large
Exposition des mes oeuvres
Mes liens, les miens
Créons ensemble !

Un pléonasme chez les pygargues

Rappelons aux moins érudits de mes lecteurs (vous pouvez rester, mais faites un effort) que pléonasme désigne une répétition de mots ayant le même sens (dixit mon Larousse 1981), par exemple : un petit nain, monter en haut, ou encore un Renan intelligent.

Un autre exemple de pléonasme, autrement plus érudit, est celui du Pygargue à queue blanche, immense et majestueux rapace pêcheur. On trouve en effet dans ce nom les racines Grecques argos pour "blanc" et pugê pour "postérieur", ou "croupion".

Le Pygargue à queue blanche est donc le "croupion blanc à queue blanche". Pléonas-meuh ! Pléonas-meuh !



Tiens, maintenant que j'y pense (ça, c'est juste pour faire croire que j'écris avec l'aisance spontanée d'un talentueux écrivain) : l'étymon pugê (étymon veut dire "racine" chez les crâneurs) est également présent dans l'adjectif callipyge, littéralement "belles fesses". Voilà un fort joli mot de notre langue insuffisamment usité, voire insuffisamment connu, je trouve. Et c'est bien dommage.
Tenez, Messieurs, faites-en l'expérience : à la première créature féminine dont l'anatomie vous inspire ce qualitatif (épouse, collègue, boulangère, contractuelle...), déclarez d'un ton entendu : "je te (vous) trouve bien callipyge".

Si l'apostrophée vous fait des yeux de biche, ou à l'opposé vous colle un pain (selon que votre remarque est jugée légitime ou pas), c'est qu'elle connait le sens de callipyge. Si l'on vous répond a contrario : "Oh non, c'est juste un rhume, ça ira mieux demain", c'est que le mot est inconnu, et c'est souvent ce qui arrive, croyez-en ma longue expérience de complimenteur du physique de ces dames (si ma compagne lit ça, je suis un homme mort.)

Bref, revenons à nos aiglons. Sachez que le Pygargue à queue blanche est un pléonasme utile, car il vise à distinguer cet oiseau (au buste beige, voyez ci-dessus) de son cousin d'Amérique : le Pygargue à tête blanche.



Mais dites-moi donc voir, un grand rapace, majestueux et tout ça, avec une belle tête toute blanche, ça ne vous rappelle rien ? Bon sang mais c'est bien sûr que si ! Le Pygargue à tête blanche n'est autre que the aigle américain, l'emblème des Etats-Unis ! Bald Eagle dans la langue de Georges Dobel Iou Bush. Le monde est petit, n'est-ce pas ?

Si le Pygargue à tête blanche est américain, le Pygargue à queue blanche est eurasien et se rencontre même en France, aussi incroyable cela peut-il être de croiser un volatile de ce monstrueux gabarit dans nos vertes campagnes, avec son envergure dépassant allègrement les deux mètres. Les meilleures chances d'observation sont offertes par les zones humides auboises, en particulier celles du Parc Naturel Régional de la Forêt d'Orient .

Cet article touchant à sa fin, vous pouvez quitter votre ordinateur en quête d'une escalope fraîche, en prévision d'un œil au beurre noir suite à test positif sur la connaissance du mot callipyge auprès de la représentante de la gent féminine de votre choix.



Renan LEVAILLANT est aussi l'auteur de Pouyo et les oiseaux