Pour revenir à l'accueil
Ne proférez plus des noms d'oiseaux au hasard
Faudrait voir à pas confondre les oiseaux
Elucubrations ornithologiques variées
Pour trouver ce que vous cherchez sur La Plume
Moi en long et en large
Exposition des mes oeuvres
Mes liens, les miens
Créons ensemble !

La mouette et la chanteuse belge.

Affalé sur votre serviette de plage gagnée avec l'Express Magazine, vous avez abandonné la lecture de l'horoscope aztèque proposé par Biba pour contempler, avec l'activité neuronale d'un pétoncle, le ciel azuré breton (quiconque dénigre la météo bretonne aura affaire à moi). Dans le champ de vision délimité par vos lunettes dont la marque évoque à la fois le luxe américain et la Rebel attitude, apparaît soudain un large planeur emplumé qui semble se jouer des courants aériens pour évoluer, sans un battement d'aile, à la verticale de votre coup de soleil nasal. Vous en restez bouche bée (à vos risques et périls) et l'admiration finit par vous arracher une pensée dont la profondeur est proportionnelle à votre dynamisme aoûtien : "c'est beau, une mouette".

Erreur, double erreur, même.

D'abord, sachez que l'appellation "mouette" ne désigne aucun animal précis, au même titre que chouette, corbeau, canard ou mésange, par exemple. Seul un adjectif peut lever l'imprécision sur l'espèce exacte de l'oiseau en question. Ainsi la mouette (qui désigne un genre dans le monde zoologique ou botanique) peut-elle être rieuse, tridactyle, mélanocéphale ou encore de Ross, et j'en passe, pour être rigoureusement désignée.

Ensuite, le pauvre volatile que vous venez de vexer est un goéland. Vous avouerez qu'il y a de quoi, car goéland sonne autrement plus "grands espaces maritimes battus par les vents aux parfums iodés du grand large mystérieux" que "piaf qui me chie sur l'épaule quand je me promène en tongues dans les rues de Saint-Malo". Non ? Cela dit, comme pour la mouette, il lui faut un complément pour que son identité soit complète : c'est un Goéland argenté. A cause de la couleur du dessus des ailes, et non d'une très improbable fortune personnelle.
C'est donc cet oiseau au puissant bec jaune orné d'un point rouge et aux pattes roses (son proche cousin d'origine méditerranéenne, le Goéland leucophée, a les pattes jaunes) que le touriste s'obstine à appeler "mouette", peut-être parce qu'il est très répandu (le goéland autant que le touriste), des côtes aux bords des fleuves (surtout en hiver) jusqu'au coeur des villes et... des décharges publiques. Mais là, cette patate d'Homo Sapiens n'avait qu'à pas mettre ses détritus au grand air s'il avait voulu que ledit goéland, glouton autant qu'opportuniste, ne viennent pas lui "nuire" jusque dans sa pollution la plus intime.




Quant à la mouette, ou plutôt AUX mouettes puisqu'il y en a maintes espèces, elles désignent des oiseaux généralement plus petits que les goélands. Les esprits les plus tâtillons pourront observer qu'au vu des mensurations comparées des mouettes et goélands, les plus grandes des mouettes ne sont pas loin de surpasser les plus petits des goélands, mais on ne va pas passer le réveillon là-dessus.
La mouette la plus commune est la Mouette rieuse, vous savez, le volatile criard et soupe-au-lait de Gaston Lagaffe. On la reconnaît sans peine au printemps et au début de l'été, grâce à sa cagoule brun foncé (presque noire). Hors saison de reproduction, c'est un peu plus délicat car la cagoule a laissé place à une oreillette grise (alors qu'une cagoule eut été plus chaude en hiver). Par contre, bec et pattes rouges sont un bon indice tout au long de l'année. Observez aussi ses ailes, dont le bord d'attaque (c'est-à-dire à l'avant des ailes de notre aéroplane emplumé) est blanc.

Que l'on soit mouette ou goéland, on appartient à la vaste famille des laridés, du Grec lara, la mouette. Le prénom Lara a bien cette étymologie de "mouette" et c'est édifiant de voir comme il est parfois bien porté. En effet, c'est bien l'interjection élégante "vos gueules les mouettes" qui m'échappe quand une interprête mugissante nous montre ses amygdales (en plus de son décolleté) aux heures les plus abruties de la télévision, amygdales hypertrophiées de façon inversement proportionnelle au talent de leur propriétaire, d'où sort une longue vocifération dont la Belge Lara Fabian est une remarquable spécialiste.


Renan LEVAILLANT est aussi l'auteur de Pouyo et les oiseaux