Pour revenir à l'accueil
Ne proférez plus des noms d'oiseaux au hasard
Faudrait voir à pas confondre les oiseaux
Elucubrations ornithologiques variées
Pour trouver ce que vous cherchez sur La Plume
Moi en long et en large
Exposition des mes oeuvres
Mes liens, les miens
Créons ensemble !

Maître cormoran
sur un arbre perché...




La signification de cormoran est "corbeau marin". Corbeau se dit en effet corp en ancien Français (latin : corvus). Comme cette petite commune d'Ille-et-Vilaine, appelée Corps-Nuds, ce qui n'indique en rien l'existence d'un camp de naturistes, mais fait justement référence à l'oiseau. Cela n'explique pas l'origine du nom de ce village, mais peut-être un lecteur érudit ou Breton, voire les deux à la fois, saura-t-il nous éclairer.
Rien à voir en tout cas entre les corbeaux, ou corvidés, qui sont par ailleurs évoqués dans d'autres articles de ce site (car victimes d'innombrables et navrantes confusions), et les cormorans, membres de la famille qui répond au doux nom de phalacrocoracidés, dont je renonce à rechercher l'étymologie.
Si le corbeau tient, paraît-il, un fromage dans son bec, le cormoran se concentre exclusivement sur le poisson, qui a au moins le point commun avec le fromage qu'il fleure bon quand le temps passe.



Le cormoran est assez facile à identifier sur l'eau, de par sa ligne de flottaison très basse. L'eau se glisse en effet sous ses plumes, qui ne sont pas hydrophobes, à la différence de celles des canards. En substance, "il prend l'eau." On n'en voit guère que le long cou reptilien et le haut de son dos. Ceci peut amener le promeneur à confondre le cormoran avec un sous-marin russe ou le monstre du Loch Ness. Soyez donc vigilants.
L'observateur relève alors que l'on voit souvent les cormorans postés au vent, ailes ouvertes, semblant vouloir immiter l'aigle napoléonien. Il vient alors à l'esprit qu'ils sont en train de se sécher. En réalité, ce n'est pas parce qu'il prend l'eau que notre oiseau est imbibé comme un coton hydrophile, au point de rester deux plombes à se sécher. La vérité est ailleurs, comme dirait Mulder. Les éminents naturalistes la cherchent encore, la vérité. La dernière thèse (à l'heure où j'écris ces lignes) est que l'exposition hiératique du cormoran vise plus à exposer son ventre à la chaleur du soleil que ses ailes au vent. Ceci faciliterait sa digestion.
Si le cormoran est amateur de poissons, moi qui suis amateur de fromage, pour en revenir au corbeau de la fable, 'faudra que je songe à m'exposer le bide au soleil après une bonne raclette...
Notons pour finir que le Grand cormoran, comme son étymologie de l'indique pas, ne se cantonne pas à l'univers marin : en hiver, il remonte les fleuves jusque loin dans les terres. Moi qui longe la Seine matin et soir, à l'Ouest de Paris, je peux témoigner que les Grands cormorans s'y la coulent douce d'octobre à avril.


Renan LEVAILLANT est aussi l'auteur de Pouyo et les oiseaux