Pour revenir à l'accueil
Ne proférez plus des noms d'oiseaux au hasard
Faudrait voir à pas confondre les oiseaux
Elucubrations ornithologiques variées
Pour trouver ce que vous cherchez sur La Plume
Moi en long et en large
Exposition des mes oeuvres
Mes liens, les miens
Créons ensemble !
Occupons sainement
nos enfants en voiture

En ce nouveau millénaire, où le poisson de nos assiettes est un parallélépipède, la souris de nos greniers s'appelle Mickey et Jaguar ma marque de voiture préféré (j'ai des goûts sûrs), les contacts entre la progéniture de l'Homo Urbanus et la vie sauvage se raréfient. D'où désintérêt et ignorance des jeunes générations. Ainsi mes fils ne savaient toujours pas, à cinq ans, distinguer le Fuligule morillon du Garot à œil d'or. Mais où allons-nous ?


L'ennui en voiture incarné par Pouyo

L'avez-vous remarqué ? L'automobile n'est pas la dernière source d'agression de notre environnement, il faut bien l'admettre, pourtant les constructeurs automobiles sont les premiers à avoir rabattu les oreilles des consommateurs avec des publicités à l'écœurante sauce écolo. Belle fourberie. Cela dit, notre bonne vieille auto-qui-pollue nous offre toutefois moultes occasions simples de familiariser nos rejetons avec la vie sauvage, tout en s'amusant ! Ces occasions, ce sont les trajets sur autoroutes : la vue y est dégagée et le bas-côté suffisamment éloigné pour ne pas transformer la moindre observation animalière routière en vomitif puissant.

Alors c'est très simple. Le jeu peut s'intituler "compte-oiseaux", et consiste dans les grandes lignes à recenser les représentants de chaque espèce à plumes.

Evidemment, il y a mille et une formules pour pratiquer ce jeu : en individuel ou par équipe (Maman-Fiston contre Papa-Fifille...), ou encore tous ensemble pour établir un record. On peut aussi se concentrer sur un nombre limité d'espèces. On compte les points de tête (dans un soucis de développement de la mémoire des chérubins) ou on note le score sur un calepin. Dans ce cas, la copilote aura la gentillesse de laisser son PARIS MATCH de côté, et d'ENLEVER SES PIEDS NUS DE MA PLANCHE DE BORD. Merci.

Si je puis m'autoriser un conseil aux néophytes : restez humbles. Evitez en particulier deux abus :

Bon, je vois à votre œil hagard que vous sollicitez un coup de main pour débuter. Alors, permettez que je vous présente deux amis : le Faucon crécerelle et la Buse variable. Avec eux, pas de souci : hôtes classiques des bords de route, ils vous garantiront des parties de compte-oiseaux été comme hiver. Ci-dessous un bref descriptif qui vous permettra de les identifier (dessins non à l'échelle).

La Buse variable



Gabarit : gros bestiau, nettement plus imposant qu'une corneille.

Signes particuliers : affiche une poitrine plus ou moins claire. Suivant les individus, cela va d'un vague collier beige sur la poitrine jusqu'à une face blanche de la tête au ventre. D'où son qualificatif de "variable".

Où la repérer : très souvent juchée sur un piquet à vérifier que vous respecter les limitations de vitesse, ou bien planant nonchalamment en larges cercles.
Le Faucon crécerelle


Gabarit : pas plus gros qu'un pigeon, mais des ailes plus élancées et une queue plus longue le trahissent en vol.

Signes particuliers : femelle uniformément brune de loin, alors que le mâle arbore une cagoule et une queue d'un joli gris cendré.

Où le repérer : moins facile à voir que sa consœur quand il est posé, il est nettement plus visible quand il pratique son célèbre vol stationnaire, dit "du Saint-Esprit", à la verticale de quelque terrier de campagnol dont il attend la sortie du malheureux locataire.
Voilà ! Les informations ci-dessus peuvent vous paraître un peu légères, mais vous verrez, elles sont tellement typiques de ces deux espèces qu'il y a peu de chances que vous vous trompiez. Vous pouvez donc vous lancer dans un "compte-oiseaux" endiablé, qui soulèvera les cris enthousiastes de vos chères têtes blondes. Un trajet de 300 Km devrait vous donner l'occasion de recenser les deux protagonistes par dizaines... alors, ouvrez l'œil (mais que le chauffeur n'oublie pas de regarder la route, accessoirement...).


Renan LEVAILLANT est aussi l'auteur de Pouyo et les oiseaux