Pour revenir à l'accueil
Ne proférez plus des noms d'oiseaux au hasard
Faudrait voir à pas confondre les oiseaux
Elucubrations ornithologiques variées
Pour trouver ce que vous cherchez sur La Plume
Moi en long et en large
Exposition des mes oeuvres
Mes liens, les miens
Créons ensemble !

Ne renvoyez plus l'accenteur.

S'il est de bon ton pour l'homme ou la femme du monde de renvoyer l'ascenseur à celui ou celle qui lui aura rendu quelque service, rien ne justifie ne renvoyer l'accenteur au rang des oiseaux inconnus au bataillon. Non, Mesdames et Messieurs, n'allez pas prétendre que jamais vous ne croisâtes le volatile admirablement représenté ici par l'auteur de ces pages. L'Accenteur mouchet est en effet l'un des oiseaux les plus communs de nos campagnes, et je dirais même plus encore de nos villes. C'est à se demander s'il est un quartier où notre ami n'est point z'implanté.
Alors pourquoi tant de mépris pour notre ami ? Est-ce sa livrée délicate, toute de gris et de roux, mais un peu trop discrète, qui le détourne de votre attention lorsque vous jardinez alors qu'il est là, à deux pas de vos sabots (ou de vos tongues mais soyez prudents avec la bêche), même dans le jardin le plus liliputien que l'univers urbain puisse imaginer (il lui en faut peu, à l'accenteur) ?




Ou bien est-ce sa supposée ressemblance avec un moineau (surtout la femelle, à droite) qui rend l'accenteur incognito aux yeux des citadins, blasés de croiser des piafs vaguement catalogués dans la catégorie "moineaux" ? Pourtant avouez qu'il faut être bougrement négligeant pour les confondre, comme le prouvent sans coup férir ces deux portraits dans le mode "coloriage", qui met encore mieux en évidence les différences.

Grâce à cette remarquable pédagogie, et un peu de bonne volonté de votre part, bande de fainéants, vous devriez désormais être capables de constater par vous même que l'accenteur est votre voisin le plus proche. Plus proche que Monsieur Baltroude qui tond sa pelouse le dimanche matin à six heures, ou que la famille Kartofeln qui organise des concerts familiaux de cornet à piston vers les minuit moins le quart. Oui, un voisin discret par sa tenue... mais un peu moins par son chant. Certes il ne rivalisera pas avec les voisins sus-nommés, mais notre accenteur n'a pas sa langue dans sa poche (d'ailleurs : il n'a pas de poche) quand viennent les tous premiers signes du printemps. Perché bien en vue (pour une fois) à une hauteur allant du piquet de clôture à la cime d'un arbre modeste, le mâle s'égosille en un joyeux gazouillis visant à séduire ces dames (tout en marquant son territoire, c'est plus propre que ce que fait le Dobermann de M. Baltroude) et qui nous annonce les beaux jours alors qu'on est encore fin février. Eh oui, l'accenteur a les hormones qui le chatouillent de bonne heure.

Bon, moi c'est toute l'année.


Renan LEVAILLANT est aussi l'auteur de Pouyo et les oiseaux